Pascal Richard

auteur

photographe

expo photos

Une Nouvelle Ere

home Accueil

© Pascal Richard

Une Nouvelle Ère est une exposition de photographies composée d'une vingtaine de tirages en couleur où chaque photo est accompagnée d’un texte, telle une nouvelle illustrée. Je vous invite à découvrir une série d’histoires visuelle et littéraire qui forme un ensemble lui-même constitutif d’une histoire à part entière, dans laquelle j’évoque les voyages, l’amour, l’espoir, la fraternité et la liberté.

Vous pouvez consulter la rubrique A propos dans laquelle j’explique ma démarche, des extraits d'articles dans la rubrique Presse, mais aussi quelques Commentaires dans la rubrique éponyme laissés par des personnes qui ont visité mes expositions photo.

Si vous êtes enchanté-e-s, séduit-e-s ou très simplement intrigué-e-s, si vous souhaitez en savoir plus, ou bien accueillir l'exposition de photographies — dont vous trouverez ci-dessous quelques exemples afin de vous faire une première idée de mon univers que je vous suggère de découvrir, et partager ce plaisir-là avec votre public — Contactez-moi.

La nuit s’estompait sur un monde qui semblait nouveau, le vent soulevait un voile, une poussière argentée semblable au souvenir, un rêve laissé dans le temps. (PR)
Plaine sauvage
© Pascal Richard
La fenêtre
© Pascal Richard
Cendres
© Pascal Richard

person A propos

Une Nouvelle Ere est un travail photographique et d’écriture que j’ai patiemment réalisé pendant plusieurs années, de 1989 à 1994, afin de porter mon travail en ce début d’une ère nouvelle dont la perspective m’influença très naturellement.

J’ai voulu créer sans me préoccuper des effets de mode, sans chercher à tout prix l’assise d’un concept intellectuel ou artistique, mais plutôt en me réferrant à ma sensibilité pour donner un sens très personnel à ma démarche. J’ai mis en scène les images de mon imaginaire, un monde féérique à contre-temps d’un rythme social où les événements de toutes sortes laissent peu de place à l’expression des espérances les plus intimes. En cherchant l’inspiration aux racines de mon enfance, je découvris de nombreux événements personnels qui contribuèrent à édifier mon travail. Une singularité ? S’il devait y en avoir, ce serait une sorte de non-acceptation de la fatalité, celle-là même qui tendrait à faire croire que certains événements de la vie sont incontournables, que le rêve n’a point de place dans une réalité sociale parfois difficile. Je n’ai jamais accepté de subir des événements contraires aux sens de mes rêves, des émotions négatives de quelque nature que ce soit qui auraient pu assombrir mes espoirs. J’ai toujours eu la force et l’énergie d’une espérance que j’ai toujours souhaité partager.

Tout cela m’amena à m’exprimer au travers des textes et des compositions visuelles photographiques, des mises en scène naturelles où la qualité de la lumière et les contrastes des couleurs furent des éléments constitutifs importants de mon travail de création et de composition. Comme un voyage au long cours, suspendu dans le temps, entre deux siècles, dans lequel j’ai voulu que se rencontrent l’amour, l’espoir, la fraternité et la liberté, c’est donc mon aventure visuelle et littéraire que je vous propose de découvrir aujourd’hui.

Pascal Richard

touch_app A voir également...

Pascal Richard photography

Mon autre site Web pour un projet photographique dans un tout autre genre (en anglais uniquement) Over days and years sur lequel je publie régulièrement des photographies de reportage de rue (street photography).

local_library Presse

Une exposition qui témoigne d’une recherche personnelle entreprise par un photographe lassé des prises de vue en studio, des pratiques standardisées de labo, et des travaux de commandes à la chaîne. Bref, une révolte et une exigence décrites comme vitales, qui se traduisent aujourd’hui par une série d’images étonnantes, jouant de la mise en scène et en lumière de paysages naturels, pour la plupart capturés du côté de Galgon, de Maransin ou de Bonzac… Seuls lieux ayant inspiré suffisamment de sérénité à l’artiste pour qu’il puisse y développer ses interprétations plastiques d’un univers intime dont il reste à déchiffrer les symboliques. Le travail essentiel reste pour lui de repérer des parcelles de nature authentiques, préservées, et de les habiller, de les animer de longues bannières. Puis d’attendre le moment béni où les jeux d’ombres et de lumières, de ciel et de soleil, produiront le miracle esthétique qu’il tentera d’immortaliser. Patient et abscons travail d’accouchement en pleine nature qui aura parfois troublé quelques témoins ébahis : grand-père hochant la tête devant l’expression d’une telle confusion mentale… Potaches enthousiastes criant à la fête… Pascal Richard en sourit, et s’en nourrit… Mon objectif est d’utiliser un contenu ayant un rapport à la peinture, mais en conservant les contraintes de l’image photographique. Mon travail a un contenu plastique, grâce au papier qui est la matière qui convient le mieux à ce que je souhaite obtenir. Et c’est dans le haut libournais que j’ai trouvé les paysages naturels les plus épurés et, à la fois, les plus mystérieux, qui m’ont permis de continuer mon travail, alors que j’avais également cherché du côté des Landes et du Périgord. Pascal Richard qui mène dorénavant en parallèlle un travail d’écriture (à éditer) semble avoir bouclé un premier cycle de création. Les arbres en guenilles du début des années 90 disparaissent peu à peu… Restent des ciels profonds, quelques graminées, et des lambeaux… On sent venir la nuit. Et les déserts. Qui comme chacun sait sont peuplés. De rêves et de fantasmes. (Sylvain Viaud, Sud-Ouest, Libourne)
Pour lui, l’appareil photographique est un outil formidable de transcription artistique. Par l’acte photographique, c’est son univers imaginaire qu’il traduit. Sa démarche dit-il correspond à un besoin de partager un sentiment d’humanité qui ramène les êtres sur le même plan d’égalité et de fraternité quelles que soient les prétendues différences ; un besoin de partager également les sensations que j’ai pu ressentir à chaque prise de vue d’un univers dont il me semble encore aujourd’hui que je n’ai pu capter qu’une étincelle. L’esthétisme, les couleurs et les formes de la nature sont ici traduits selon un style et une sensibilité propre à l’artiste. La photographie est une technique fascinante à l’aide de laquelle j’enregistre mon univers à l’origine imaginaire, mais devenu réel par l’acte photographique, explique encore Pascal Richard. Jusqu’au 13 décembre, la Médiathèque Condorcet présente Une nouvelle ère avec 22 photographies couleur très originales de l’artiste. La plupart ont été faites dans le Haut-Libournais et plus précisément à Galgon, Bonzac et Maransin. (Le Résistant, Libourne)
A l’invitation de l’OMFLAC, le photographe Pascal Richard expose vingt-neuf clichés au deuxième étage du Syndicat d’initiative, rue de la République, jusqu’au 4 mai. Sous le titre Une nouvelle ère, cette présentation invite à poser un regard particulier sur des paysages arborescents. Il me vint à l’esprit, explique Pascal Richard, l’idée de reproduire mon univers dans un environnement naturel afin que cet univers devienne, si je puis dire, réel. Et ce qui fut plus apte à rendre compte, le plus fidèlement possible, de la réalité c’était bien la technique photographique. Sans artifice, en jouant uniquement sur les formes et les couleurs, l’objectif de Pascal Richard est allé saisir quelques instants inoubliables dans la campagne libournaise. Les paysages sont transcrits en forme de message et accompagnés de textes exprimant la pensée de l’artiste et sa vision du moment. (Sud-Ouest Gironde)
Cette série est le fruit d’un patient travail long de cinq années. S’écartant d’une approche photographique traditionnelle, Pascal Richard reproduit dans l’environnement son univers mental, lui donnant une matérialité qu’il enregistre ensuite sur la plaque sensible. Cette pratique l’a conduit à écrire, et cette nouvelle activité est devenue aussi importante que la photographie, le texte donnait naissance à une image et inversement dit-il. Il cherche leur alliance pour prolonger la qualité de l’émotion qui est à l’origine de son inspiration et de leur création. Pascal Richard souhaite partager sa passion et ses rêves, il en imprègne son travail afin d’éveiller ce que nous avons de plus sublime et d’essentiel : ce sentiment d’amour qui participe à l’avancement de l’humanité. (Jean-Marc Lacabe, Gironde Magazine)
Pascal Richard se considère comme « auteur-compositeur » d’images plutôt que photographe. Le travail qu’il nous présente est le fruit de cinq ans de recherche et de réflexions, d’écriture et de photographie. Chacun de ces médias nourrissant l’autre sans que l’un soit plus important que l’autre. Comme Richard le dit lui-même : « Il ne m’a pas été facile de définir si je faisais des prises de vue pour justifier mes textes ou si j’écrivais pour argumenter mes photographies… mais ce dont je suis certain, c’est que j’ai besoin de ces deux manières de faire, actuellement, pour exprimer mon imagination et les thèmes essentiels de la vie ». Partisan d’une philosophie de l’amour, Pascal Richard en décline toutes les nuances à travers ce travail. (Jean-Marc Lacabe, Gironde Magazine)
Pascal Richard entre dans la photographie comme dans la haute couture. Il habille les paysages avec des papiers volants, suspendus, aériens. Il habille les arbres, les déguise, leur fait vivre une autre vie, celle du rêve (eux qui ont des racines) celle du voyage (eux qui sont de la terre). Cela crée une beauté singulière qui est comme la mise en scène du silence et de la légèreté. (Pierre Bernard, Délégué à la Culture, Libourne)
Comme on revient d’un voyage... est un lieu qui ne se trouve sur aucune carte. Il y a des arbres, des prairies, des chemins qui le traversent, le soleil, brillant, et la nuit, violette, frappée d’étoiles. Après avoir hésité, à gauche ou à droite, vous avez suivi un chemin bordé de haies et d’arbres, silencieux habitants de ce pays, parés de rubans colorés comme à la fête. Là, une barrière percée d’une fenêtre vous barre la route, poste avancé de ce domaine mystérieux dans lequel vous entraîne les photographies de Pascal Richard. (Bernard Sagouis, Professeur d’art plastique, Bordeaux)

comment Commentaires

J'ai eu l'occasion de passer maintes fois devant vos images avec un certain ravissement, un ravissement pas nécessairement esthétique mais surtout photographique. Car la manière dont vous traitez vos idées est une justification flamboyante de l’art photographique même. Je vous remercie de contribuer à développer ce pouvoir et de pousser ce support au delà de l’art moyen. (Lino Vergt de Biron, Labrane)

On a l’impression d’être dans un conte magique pour enfants. C’est féérique.

Belle exposition, originale, inattendue, et les textes intéressants. C’est plaisant.

Félicitations, exposition trop rare.

Pour être originale, cette exposition est originale, mais j’ai fini par être séduit. Vos textes sont beaux.

Spécialement venu des Vosges pour admirer votre œuvre. Félicitations et bonne continuation.

La réalité n’est-elle pas telle qu’on la conçoit, la perçoit, la rêve ? J’aime votre nouvelle ère.

Très belle exposition de photos. Beaucoup de poésie.

Arbres couleurs, arbres mystères, nature magique, délicate et sensible qui projète dans le rêve d’un monde de fraternité… Merci.

Arbres enrubannés de couleurs, féériques, appelant le regard. Lune et soleil mêlés. Exposition originale et réussie. Remerciements.

Excellente expo sur la photo. Merci.

Arbre couleur, arbre magique, ma préférence est l’arbre. Félicitations.

J’ai flâné au milieu des arbres vêtus de couleurs vives, j’ai suivi le chemin de Pascal et je me suis laissé guidé vers les étoiles. Formidable, et on en redemande. (Francine Thieffine)

Exposition recherchée, de qualité, l’auteur possède des dons d’observation de quelqu’un très proche de la nature, qui a su attendre le moment opportun pour capter la lumière et l’ombre. Bravo.

Renoncez, s’il vous plaît.

Ne renoncez surtout pas, s’il vous plaît.

Travail d’une grande exigence. Bravo.

Les visiteurs de la dernière… minute. Enchantés !

Bravo. Continuez.

Je vous envoie toutes mes félicitations pour votre exposition à la médiathèque de Poitiers. Original, plaisant, esthétique. On remarque l’évolution dans votre travail. Je fais aussi de la photo (pas d’expo) et je vous écris pour vous encourager à continuer !

Et votre livre ! Que c'est beau, mon Dieu ! Il ne ressemble à rien de ce que j'ai jamais vu. Quelle originalité, et aussi quelle profondeur ! Les photos et les textes se répondent. Je ne peux pas copier ici toutes les phrases qui m'ont frappée. Il y en a trop, et aussi, je regretterais de ne pas aussi citer les autres... Mais je me suis laissée porter par la poésie qui en émane. C'est fabuleux... Je l'ai lu plusieurs fois, et à chaque fois, je découvre toujours quelque chose de plus. (Mirèn Bernard)

email Contact

Pour toute information au sujet de l'exposition photo, veuillez m'écrire, s'il vous plaît, en utilisant l'adresse de messagerie électronique ci-dessous (copier/coller indisponible -> anti-spam). Je vous répondrai dès que possible. Merci de votre compréhension.

@

Cordialement,
Pascal R.